Bourses d'implication

Les Bourses d’implication étudiante de la FAÉCUM visent à reconnaitre et à récompenser les personnes étudiantes qui se sont impliquées bénévolement, activement et de façon soutenue dans des activités universitaires, et qui ont contribué à l’amélioration de la qualité de la vie étudiante.  

Rencontrez les récipiendaires 2021-2022 !

Bourses de 1 000 $

Bourses de 500 $

  • Agathe Cadieux, baccalauréat en anthropologie
  • Alisa Sandolache, baccalauréat en biochimie et médecine moléculaire
  • Amélie Lévesque, maîtrise en psychologie et microprogramme de 2e cycle en neuroscience
  • Andréanne Brunet-Bélanger, doctorat en science politique
  • Béatrice Ferri, baccalauréat en sciences biomédicales
  • Caroline Tremblay, doctorat de premier cycle en pharmacie
  • Charlyne Ste-Marie, doctorat de premier cycle en médecine dentaire
  • Clélia Beau, baccalauréat en économie et politique
  • Clémence Maillard, baccalauréat en études internationales
  • Élizabeth Lapointe, doctorat de premier cycle en optométrie
  • Émilie Roy-St-Pierre, maîtrise en pharmacothérapie avancée
  • Garance Robert, doctorat en science politique
  • Jade Latraverse-Arquilla, baccalauréat en sciences biomédicales
  • Jennie Zhang, doctorat de premier cycle en médecine
  • Juliette Meyer, baccalauréat en psychologie
  • Kendrick Lam, doctorat de premier cycle en médecine
  • Kevin Quentin Njingun Ngango, maîtrise en relations industrielles
  • Maria El Debs, baccalauréat en sciences de la communication
  • Marie-Andrée Richard, doctorat en psychologie
  • Maxime Banville, baccalauréat en travail social
  • Maxine Joly-Chevrier, année préparatoire en médecine
  • Mélina Girard, maîtrise en criminologie
  • Morganne Masse, doctorat de premier cycle en médecine
  • Nabil Nathoo-Khedri, doctorat de premier cycle en médecine
  • Sandrine Bouchard, baccalauréat en nutrition  

-----------------------

Bourses de 1 000 $

Ariane SONGA-CÔTÉ 
Maîtrise en santé publique
 

Qu’est-ce qui te motive à t’impliquer dans ta communauté étudiante ? 

Une de mes principales motivations à m’impliquer est de pouvoir contribuer au bien-être des étudiant.es qui m’entourent ! Même avec des activités toutes simples, ça fait plaisir de pouvoir offrir des opportunités de socialisation à des étudiant.es qui peuvent ressentir de l’isolement ou qui sont à la recherche de repères. Bien que la réalisation de projets et l’organisation d’événements puissent demander plusieurs heures de travail et d’énergie, l’impact positif que cela a sur les personnes qui en bénéficient et l’appréciation exprimée par ces personnes font chaud au cœur ! De plus, l’engagement social permet de développer des compétences humaines et organisationnelles indispensables. C’est donc motivant de savoir qu’à travers mes actions, je peux m’outiller et développer des aptitudes qui vont me servir dans plusieurs aspects de ma vie professionnelle et personnelle ! 

Qu’est-ce qui a fait une différence dans ton parcours d’implication à l’UdeM ?

 J’ai adoré mon parcours d’implication à l’UdeM parce que j’étais entourée de personnes merveilleuses qui aimaient offrir de leur temps et s’investir pour des causes qui me tiennent beaucoup à cœur, telles que la représentation de la diversité culturelle, l’inclusion et l’entraide. C’est fascinant à quel point l’implication sociale a été pour moi une occasion en or d’élargir mon réseau, de rencontrer des personnes de profils et expériences variés et de créer des liens. J’ai eu la chance de m’impliquer dans des domaines variés et cela a été très enrichissant et formateur, ça m’a ouvert de belles opportunités.

Quel projet ou quelle réalisation t’apporte le plus de fierté ?  

Un des projets qui m’a particulièrement marqué et qui m’apporte beaucoup de fierté est le projet Cap Campus (Projet SEUR) où j’ai eu l’occasion de réaliser des ateliers-conférences pour des jeunes de différentes écoles secondaires à Montréal, afin de les sensibiliser aux études universitaires. J’ai eu l’occasion de leur partager mes connaissances et mes expériences, de répondre à leurs questions et leurs inquiétudes, de les rassurer et de les outiller en vue de leur cheminement postsecondaire. J’ai adoré m’impliquer dans ce projet, car c’était une occasion de faire découvrir des perspectives d’avenir à des jeunes qui sont parfois moins informés des opportunités qui peuvent s’ouvrir à eux. J’aspire définitivement à poursuivre mon implication auprès de la jeunesse à travers le mentorat et le parrainage.

Qu’aimerais-tu léguer aux prochaines cohortes qui s’impliqueront dans ton milieu ?

À travers les différentes réalisations effectuées dans mon parcours d’implication, j’aimerais léguer aux prochaines cohortes le désir de vouloir poursuivre la mission en partageant des valeurs d’inclusion et de respect au sein de la communauté étudiante. J’aimerais léguer le désir de vouloir améliorer l’expérience universitaire des étudiant.es qui ressentent de l’isolement et offrir un espace de partage et d’entraide pour le bien-être de la communauté.

***

Fabrice VIENS SAVOIE 
Baccalauréat en psychologie

Qu’est-ce qui te motive à t’impliquer dans ta communauté étudiante ?  

Depuis que je suis rentré à l’université en automne 2019 dans mon programme de psychologie, je me suis toujours senti accueilli par la belle et grande famille de mon association étudiante. Ce sentiment d'appartenance que j’ai facilement et rapidement développé en entrant à l’université a été une de mes plus grandes motivations à m’impliquer à mon tour dans ma communauté étudiante. Je considère qu’il est essentiel de développer ce sentiment d’appartenance et ce sentiment de famille lorsque nous sommes dans un programme universitaire contingenté et compétitif comme c’est le cas en psychologie. Rencontrer des gens par le biais de mon implication m’a permis d’être plus engagé et motivé dans mes études, ce qui m’a permis d’avoir de bons résultats académiques tout en étant impliqué ! C’est certain également qu’avec les deux années de pandémie qui viennent de passer, cela a été très difficile pour la communauté étudiante, et c’est une des motivations qui me poussent à faire renaître la vie étudiante active, inclusive et diversifiée de l’association de psychologie et neuroscience cognitive.

Quelles sont les causes qui te tiennent à cœur ?

Étant étudiant en psychologie, il va de soi que la santé mentale de la communauté étudiante est une des causes qui me tient particulièrement à cœur. Il est important de prendre le temps de prendre soin de soi et de sa santé physique et mentale. Je crois qu’on oublie souvent de se prioriser lorsque nous sommes submergé.e.s par nos études et toutes nos autres occupations à l’université. Une autre cause qui me tient particulièrement à cœur est l’inclusion, la diversité, l’équité, le respect et le bien-être de tou.te.s. Avec mon implication dans le comité ÉDI (équité, diversité, inclusion) de mon association étudiante, j’ai pu prendre conscience de mes privilèges en tant qu’homme cisgenre blanc, et je considère cette prise de conscience nécessaire dans le but d’être une personne alliée plus outillée et consciente des différents enjeux de toute la communauté étudiante.

Qu’est-ce qui a fait une différence dans ton parcours d’implication à l’UdeM ?

Sans vouloir être trop « quétaine » dans ma réponse, ce sont réellement les personnes dont j’ai eu la chance de rencontrer lors de mon parcours universitaire, incluant mon implication dans mon association étudiante, qui ont fait toute la différence dans mon expérience à l’université. Ce sont toutes les personnes qui se sont impliquées avant moi et qui m’ont donné le goût de faire de même, toutes les personnes qui m’ont tracé le chemin et qui m’ont soutenu dans mon implication. Ce sont surtout les deux magnifiques équipes de 20 personnes avec qui j’ai eu la chance de travailler durant mes deux mandats dans l’association étudiante. C’est incroyablement enrichissant et gratifiant d’être entouré de personnes autant incroyables, motivées et dévouées au bien-être de leur communauté étudiante. Cette bourse d’implication, je la leur dédie !

Qu’aimerais-tu léguer aux prochaines cohortes qui s’impliqueront dans ton milieu ?  

J’espère, et j’ai confiance, que les prochaines personnes qui s’impliqueront au sein de l’association de psychologie et neuroscience cognitive éprouveront autant de plaisir que j’ai eu durant mon implication. Bien sûr, nous avons une certaine responsabilité ayant toujours en tête l’objectif de représenter nos membres et de les soutenir, mais il ne faut jamais oublier que nous faisons cela de manière bénévole et qu’il faut trouver le plaisir dans tout ce que l’on entreprend ! Ce dévouement, cette passion, cette motivation et cet intérêt, j’ai confiance qu’ils resteront bien longtemps chez chacune des personnes s’impliquant dans notre communauté étudiante. Je souhaite aussi avoir suffisamment fait de travail pour pouvoir leur léguer un environnement où ils et elles pourront aller jusqu’au bout de tous leurs projets.

***

Lydie BELPORO
Doctorat en criminologie

Comment as-tu commencé à t’impliquer à l’Université de Montréal ?  

Premièrement merci à vous de me permettre de partager mon expérience et bravo pour ce que vous faites également pour la communauté étudiante. J’ai commencé à m’impliquer à l’occasion d’un bazar étudiant.es de l’Action Humanitaire et Communautaire (AHC) dès ma première session d’études à l’Université de Montréal en 2012. 

Quelles sont les causes qui te tiennent à cœur ?

Les droits des femmes, la diversité l’équité, l’inclusion et l’intégration, le respect des droits humains, l’environnement et bien plus … : D. 

Qu’aimerais-tu dire aux personnes qui commencent ou qui hésitent à s’impliquer ?  

Il faut voir l’implication comme une occasion de parfaire son expérience universitaire. C’est vraiment enrichissant sur le plan des relations humaines et des expériences, et il y a tellement de secteurs où on peut contribuer ! De plus, il ne faut pas sous-estimer sa capacité à être un acteur du changement et à avoir de l’impact. S’impliquer c’est aussi un beau moyen de grandir dans son leadership et la connaissance de soi-même.  

Qu’aimerais-tu léguer aux prochaines cohortes qui s’impliqueront dans ton milieu ?

J’aimerais baliser le chemin pour que les prochaines cohortes puissent continuer à travers le Réseau international des femmes doctorantes et docteures (RIFDOC) à multiplier des initiatives créatives et transformatrices qui contribuent à améliorer l’expérience des femmes dans leur parcours académique.

***

Raymond TCHASSEM NZALÉ
Doctorat en droit

Comment as-tu commencé à t’impliquer à l’Université de Montréal ?  

J’ai commencé à m’impliquer à l’Université de Montréal quelques mois après mon arrivée au Canada. La première tentative, qui n’a malheureusement ou heureusement pas abouti, a été de candidater pour un poste au sein du bureau exécutif de l’Association des cycles supérieurs en droit de l’Université de Montréal (ACSED). Après cet épisode, j’ai pris des renseignements auprès des anciens étudiants sur les activités bénévoles récurrentes au sein de la communauté universitaire. C’est alors que j’ai été orienté vers l’AHC où j’ai été très bien accueilli et me suis fait inscrire dans la base de données des bénévoles. Ma première expérience fut de prendre part au programme des paniers de Noël en décembre 2019.

Qu’est-ce qui te motive à t’impliquer dans ta communauté étudiante ?  

Ressortissant d’une famille très modeste, j’ai personnellement expérimenté la valeur qu’un simple sourire, un petit mot gentil, un geste, aussi symbolique soit-il…, peut apporter dans la vie d’une personne en difficulté. Ce sont ces éléments, d’une apparence banale, qui donnent de l’espoir aux gens qui souffrent au quotidien. Ma motivation réside justement dans la joie qui m’anime de voir la vie des gens être positivement transformée autour de moi. C’est pourquoi j’éprouve du plaisir à m’impliquer, autant que faire se peut, dans les activités académiques et même para-académiques qui mettent au centre de leurs préoccupations le bien-être et l’épanouissement des autres. C’est tout le sens de mes implications au sein de notre communauté estudiantine, notamment celle des étudiant.e.s étranger.èr.s qui font généralement face à des difficultés d’intégration académique et d’insertion socioprofessionnelle.

Quels bénéfices retires-tu de ton expérience d’implication ?  

D’emblée, le simple fait d’aider les autres me procure une satisfaction personnelle. De mes expériences d’implication, j’ai fait la connaissance de plusieurs personnes d’origine et de culture différentes. Le partage d’expérience qui s’en est suivi m’a permis d’apprendre sur les autres cultures.

Qu’aimerais-tu dire aux personnes qui commencent ou qui hésitent à s’impliquer ?

À ceux et celles qui commencent, je les rassure qu’ils ou elles ont fait le bon choix. À ceux qui hésitent, je les encourage à essayer.