Votre association nationale

L'Union étudiante du Québec (UEQ), dont fait partie la FAÉCUM, regroupe huit associations étudiantes membres à l'échelle du Québec. Elle représente à elle seule environ 79 000 étudiants et étudiantes au Québec, et défend leurs intérêts auprès des instances et organisations provinciales. Dans le cas d'enjeux touchant aux compétences fédérales, elle se joint à l'Alliance canadienne des associations étudiantes (ACAE) pour représenter plus de 300 000 étudiants et étudiantes. 


L'histoire de l'UEQ

En mars 2015, lors de son congrès annuel, les associations membres de la FAÉCUM votent à l’unanimité pour se désaffilier de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ). Depuis plusieurs années, la FEUQ voyait son nombre de membres décliner au rythme des nombreuses désaffiliations. Cette situation entraînait aussi de nombreux problèmes quant à son efficacité politique.

Conscientes toutefois que cette désaffiliation entraînera la mort de la FEUQ, les associations membres mandatent la FAÉCUM à la création d’une nouvelle association nationale afin de ne pas laisser le mouvement étudiant désolidarisé et vulnérable face au gouvernement.

Dès le printemps 2015, plusieurs associations étudiantes se réunissent avec l’objectif d’établir les bases d’une nouvelle association étudiante nationale. Du côté de la FAECUM, un appel de mémoires est lancé auprès de ses membres afin de les consulter sur ce que devrait être la prochaine association nationale.

Au total, des associations représentant plus de 120 000 étudiants et étudiantes se réuniront pendant l’été 2015 et jetteront les bases de l’Union étudiante du Québec (UEQ). Cette dernière cherchera à protéger et à améliorer la condition étudiante en faisant des revendications qui seront basées sur des recherches rigoureuses. Elle sera plus près des membres individuels, plus transparente que la FEUQ et elle devra tenter de rassembler davantage d’acteurs du milieu étudiant. Finalement, afin de favoriser la prise en compte de l’opinion des plus petites associations étudiantes tout en respectant la représentativité des membres individuels et fonctionnera sur la base d’un système de vote à double majorité.

La FAÉCUM, l’Association étudiante de l’École des sciences de la gestion, l’Association des étudiants de Polytechnique, l’Association des étudiants des cycles supérieurs de Polytechnique, le Rassemblement des étudiants de maîtrise, diplôme et doctorat de l’Université de Sherbrooke et l’Association générale étudiante de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue fonderont officiellement l’UEQ en avril 2016. L’Association étudiante de l’ÉNAP et le Student Representative Council de l’Université Bishops joindront l’UEQ quelques mois plus tard.

Aujourd’hui l’Union Étudiante de Québec représente plus de 79 000 étudiants et étudiantes, ce qui en fait la plus importante association étudiante universitaire au Québec. 

 

L'UEQ, ça travaille sur quoi?

  • Bonification de 80 millions $ de l'aide financière aux études

    Grâce aux efforts de l’Union étudiante du Québec et de ses partenaires, un réinvestissement de 80 millions sera effectué directement dans le programme d’aide financière aux études (AFE) du Québec. C’est 80 millions de plus dans la poche des étudiantes et étudiants. Il s’agit du réinvestissement le plus élevé des 15 dernières années dans le programme de l’AFE. Celui-ci ciblera directement les étudiantes et les étudiants les plus dans le besoin du Québec. En injectant ces sommes, nous pouvons rattraper une partie du retard d’indexation, dû à l’augmentation du coût de la vie, des sommes versées aux étudiantes et étudiants.
  • Les mercredis "développement durable"

    Soucieuse de faire sa part pour l’environnement et le développement durable, l’Union étudiante du Québec (UEQ) a cherché comment apporter une contribution à la lutte que mène les associations étudiantes et les clubs étudiants pour améliorer le bilan leur campus. Plutôt que de demander une politique nationale cadre qui ne répondrait pas à la réalité de tous les campus, les associations étudiantes ont demandé à l’UEQ de produire des fiches techniques sur différentes thématiques afin de les outiller dans leurs revendications.
  • Le conseil des universités du Québec

    Un rapport synthèse a été produit dans le cadre de la consultation Corbo qui a pour mandat d’émettre des recommandations quant à un futur Conseil des universités du Québec (CUQ). Il vise à synthétiser les recommandations de la communauté étudiante universitaire sur cet enjeu.
  • Stratégie québécoise sur la recherche et l'innovation

    Dans le cadre d'une consultation publique sur la recherche et l'innovation visant à développer une nouvelle stratégie nationale, l’UEQ propose un rapport où elle souligne plusieurs enjeux et défis dont le respect de la liberté académique, le financement de la recherche au sein des universités via les organismes publics – soit les Fonds de Recherche du Québec (FRQ), la formation de la relève, la reconnaissance de l’innovation sociale, le potentiel des régions et l’accessibilité aux données de recherche.
  • Violences à caractère sexuel

    Les violences à caractère sexuel constituent un problème majeur dans la société québécoise. Les quelques données recueillies années après années démontrent l’ampleur du problème. Dans le milieu universitaire, on ne fait malheureusement pas exception. 

CONSULTER LE SITE DE L'UEQ