#VoteRecherche

Le 19 octobre prochain, votez pour un réinvestissement dans la recherche universitaire canadienne.

Nos revendications :

  • 183 M$ dans les conseils de recherches canadiens
  • 287 M$ dans les fonds de soutien à la recherche
  • Des sièges réservés aux étudiants et aux étudiantes sur les conseils d’administration des conseils de recherches canadiens
  • Un réinvestissement de 2,8 G$ dans le transfert canadien en matière de programmes sociaux


Les trois conseils de recherches canadiens, composés des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) et du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH), procurent annuellement plus de 2,8 milliards de dollars pour soutenir la recherche canadienne et aident plus de 100 000 étudiants et étudiantes. Cependant, depuis 2007, ce financement a baissé de 6,1 %, ce qui correspond à 183 M$.

Ce financement servirait à offrir de meilleures bourses à un plus grand nombre d’étudiants et d’étudiantes et à bonifier les programmes d’initiation à la recherche au premier cycle.

À ce montant s’ajoutent le manque à gagner aux programmes connexes comme le Fonds de soutien à la recherche, qui financent des coûts indirects tels l’entretien des infrastructures, l’accès à l’information des bibliothèques et l’aide à la commercialisation. Ce programme finance environ la moitié les coûts indirects, ce qui correspond à un manque de 287 M$ qui doit être assumé par les universités canadiennes.

Au total, le manque à gagner des conseils de recherches fédéraux est de 470 M$.

De plus, malgré le fait que les étudiantes et les étudiantes produisent environ un tiers de la recherche et que les homologues québécois des conseils de recherches fédéraux, les Fonds de recherche du Québec, possèdent tous des sièges étudiants, il n'y a aucun siège réservé aux étudiants et aux étudiantes au sein des conseils d'administration des conseils de recherches canadiens.

Au niveau de l’éducation postsecondaire, le financement fédéral de celle-ci a été coupé en 1995 dans la réforme sur les transferts canadiens aux provinces, en particulier sur le transfert canadien en matière de programmes sociaux (TCPS). Selon l’évaluation du gouvernement du Québec pour rétablir le niveau du TCPS à ce qu’il était, le manque à gagner dans les transferts aux provinces est de 2,8 G$ annuellement.

Pour plus d’information sur nos autres revendications, consultez notre plateforme de revendications fédérale.  

 

4 mises à jour publiées

15332 pages vues

0 commentaire